© Jackie Chan DC Racing

Comme après chaque course du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA, Tristan Gommendy est revenu avec nous sur les 6 Heures de Spa-Francorchamps, qui se déroulaient le week-end dernier. Cette course était synonyme de seconde manche du championnat mais également de dernière course avant les tant attendues 24 Heures du Mans.

Pour Tristan, ce week-end des 6 Heures de Spa-Francorchamps 2017 sera un week-end à oublier : « Ça a été un week-end chaotique ! Durant les essais libres on a travaillé sur l’endurance de l’auto avec un planning d’essais axé sur la course. Pour être honnête, on n’a jamais réussi à montrer qu’on était dans les 3 – 4 premiers, que ce soit sur la #37 ou la #38. On a toujours été un peu en retrait mais il ne faut pas oublier que c’était des essais et qu’en essais on ne sait jamais trop comment roulent les autres. Nous avons toujours roulé avec le plein d’essence, donc on s’est toujours un peu donné le bénéfice du doute.

Malheureusement le couperet est tombé en qualifications où finalement on était assez loin de la pole, même très loin, pour une raison qui reste encore à analyser parce qu’on a pas vu venir une telle différence entre le travail qu’on peut faire pour avoir un minimum de constance sur les pneus et un tour rapide. La #38 a eu un problème de boîte de vitesse donc n’a pas pu prendre part aux qualifs mais en toute honnêteté elle était également loin de la pole en performances pures.

Ensuite il y a eu le départ de la course, après 4 – 5 tours les choses se sont un peu équilibrées. Sur les premiers tours ça a été assez difficile avec les pneus neufs, mais ça c’est équilibré après et à la suite de ça j’ai commencé à remonter sur le peloton et j’ai passez deux relais à être pratiquement le plus rapide en piste. Dans mon tour d’entrée aux stands j’ai doublé l’Oreca du G-Drive et je suis arrivé P2. Ce résultat était assez surprenant, même si c’est vrai que j’attaquais. Le mot chaotique résume la performance sur toute la durée le week-end. »

© Jackie Chan DC Racing

Après une très belle remontée sur le peloton et une deuxième place lors de l’arrêt aux stands, Tristan a été victime d’une sortie de piste dans le Raidillon, privant l’Oreca 07 #37 de tout espoir de victoire : « Là aussi c’est un peu quelque chose que nous étudions. De mon côté, j’ai insisté pour avoir des réponses parce que je pense que c’est clairement pas une erreur de pilotage. J’étais certes dans l’auto mais depuis le début du week-end on était nombreux, sur les deux autos, mais encore plus sur la #37, à se plaindre de l’instabilité de l’auto dans le Raidillon. On a pratiquement jamais réussi à passer sereinement ce virage à fond, ce que les autres faisaient tous les tours que ce soit en pneus neufs ou en pneus usagés, là encore, il y a également quelque chose qu’on n’a pas saisi.

Malgré les pneus neufs, je n’ai pas essayé de passer à fond et à un moment j’ai pris un énorme coup de raquette qui était juste irrattrapable. Je pense qu’en tout état de cause la voiture s’est posée par terre et qu’on a touché le fond plat, ce qui a déstabilisé la voiture. J’ai malheureusement rien pu y faire. Malgré tout, c’est important qu’on comprenne ce qui s’est passé avant de futurs essais sur ce circuit. »

Après deux courses, Tristan et ses coéquipiers, Alex Brundle et David Cheng, occupent la 10ème place du classement LMP2 : « Je ne pense pas que l’on pourra jouer la gagne au championnat cette saison ! Sans émettre de jugement, à l’heure actuelle notre équipage n’est pas le plus homogène et ce n’est donc pas facile d’obtenir le podium au championnat. »

La prochaine course du championnat seront les 24 Heures du Mans et il s’agit sans doute de la course la plus importante de l’année. Pour cette course connue à travers le monde, une certaine préparation est nécessaire : « Je pense que nous allons faire du roulage sur piste et du simulateur. Jota Sport est équipée d’un simulateur dans ses locaux en Angleterre, où nous allons nous y rendre plusieurs fois. Il est ensuite prévu que l’on fasse quelques tests sur circuit avant les 24 Heures du Mans. La semaine prochaine on sera les six pilotes en « training camp » en Dordogne pour améliorer notre condition physique, mais aussi pour renforcer l’esprit d’équipe. De mon côté, je suis prêt physiquement et mentalement ! »

Rendez-vous maintenant le dimanche 4 juin pour la Journée Test des 24 Heures du Mans. Deux séances de 4 heures de roulage sont prévues, de 9H à 13H puis de 14H à 18H.