United Autosports a doublé ses efforts en LMP2 en alignant deux Ligier JS P217 pour mettre toutes les chances de son côté dans le but de décrocher le titre en ELMS. L’écurie anglo-américaine ne débute pas sa saison européenne de la meilleure des manières, loin de là.

Les malheurs de l’écurie ont débuté avec des qualifications très compliquées débouchant sur une 14ème place pour Hugo De Sadeleer et la Ligier #32, et la 17ème place pour Bruno Senna et la Ligier #22. Cette dernière a connu un problème électronique dès le début de séance obligeant le brésilien à rentrer au ralenti, provoquant même un drapeau rouge.

15 minutes après le départ, la #32 et #22 pointent 12ème et 15ème, avant que Phil Hanson ne soit contraint à passer par les stands à cause d’une crevaison sur la #22, après un contact avec une autre voiture, ressortant 18ème. Du côté de la voiture sœur #32, après un premier relais sans problème pour Will Owen, Wayne Boyd a pris le volant mais a écopé de 10 secondes à cause d’un dépassement hors des limites dans la piste lors du relais de Owen. L’irlandais a repris la piste au dixième rang mais est immédiatement repassé par les stands à cause de sa ceinture de sécurité mal attachée. Il a perdu six places, repartant derrière la Ligier #22. Finalement, Boyd, Owen et De Sadeleer ont terminé dans le top 10, à la neuvième place pour le compte de la #32. L’équipage de la #22 échoue à la deuxième position.

La course des deux Ligier JS P3 du United Autosports a été moins riche en déconvenues même si la #2 et la #3 concluent au cinquième et sixième rang.

« C’est notre pire week-end en ELMS depuis nos débuts en 2016, » a précisé Richard Dean, propriétaire de l’équipe. « Dès le départ, la #22 a été abimée à cause d’un contact avec une autre voiture. La #32 a dû faire un arrêt supplémentaire à cause d’un problème de ceinture après un tour lent. »

« C’est un moment difficile à vivre après nos précédents succès en ELMS au cours des deux dernières années, mais nous allons revenir plus forts à Monza, » a déclaré Zak Brown, président et propriétaire de l’écurie. « Cela dit, la concurrence est rude dans les deux catégories cette année. Nos pilotes et toute l’équipe ont fait tout ce qu’ils pouvaient au Paul Ricard. »